Attaque par Israël de la résidence de l'agent consulaire de France à Gaza

Le 17 juillet 2014, l'armée israélienne a bombardé la résidence de l'agent consulaire de France à Gaza. Le premier ministre israélien Binyamin Netanyahu a expliqué cette frappe par les contacts de l'agent consulaire avec des responsables du Hamas, l'organisation qui gouverne la bande de Gaza, mais cette justification est incompréhensible : comment un diplomate pourrait-il faire son travail s'il n'a pas de contacts avec les leaders du pays où il est en poste ? Ces contacts constituent le but premier du système des relations diplomatiques internationales, et il importe peu que ces leaders soient bien ou mal vus par la communauté internationale. Les Israéliens eux-mêmes avaient d'ailleurs des représentations diplomatiques jusque dans les dictatures d'Amérique latine.

D'autre part, le droit international garantit l'inviolabilité du personnel diplomatique et des locaux (Convention de Vienne sur les relations diplomatiques de 1961 et Convention de Vienne sur les relations consulaires de 1963). Or Israël a ratifié ces deux traités en 1970 et la Palestine y a adhéré en 2014.

Cette attaque a mené le président Hollande à appeler Netanyahu par téléphone pour avoir des explications, mais le ton est monté et le président français a fini par raccrocher (1).

(1) René Backmann, « Le clash Hollande-Netanyahou », Le Nouvel Observateur, 4-10 septembre 2014, p. 20.

http://pierrejaquet.com