Deux poids, deux mesures

Khalida Jarrar est une parlementaire palestinienne et une militante des droits de la femme. Elle a effectué sa formation à l'université de Birzeit, où elle a obtenu un master en droits de l'homme. On ne regrette qu'une chose la concernant, c'est qu'il n'y ait pas plus de femmes comme elle.

Cela n'a pas empêché les autorités israéliennes de l'arrêter en avril 2015 (voir La parlementaire Khalida Jarrar reste emprisonnée sans jugement valable) et de la condamner à 15 mois d'emprisonnement, cela sans fondement. Le tollé international entraîné par cette affaire n'a pas changé grand chose: elle n'a été libérée qu'en juin 2016, après 14 mois.

Il est intéressant de faire un parallèle avec Elor Azaria, un soldat israélien qui a tué un Palestinien blessé. D'après son commandant, il a dit ceci après avoir commis son acte: «Ce terroriste était vivant et il fallait qu'il meure» (voir La mort d'Abdel Fatttah al-Sharif), ce qui tend à montrer qu'il s'agit d'un meurtre de sang-froid, et une vidéo des faits confirme cette interprétation (1). Sa peine est de 14 mois d'emprisonnement, et il sera sans doute libéré après 10 ou 11 mois.

15 mois pour une absence de charges valables d'un côté, 14 mois pour un meurtre de l'autre, on ne voit pas comment cela pourrait être compatible avec les exigences d'un État de droit. Et il ne s'agit là que d'un cas parmi plusieurs milliers d'autres (pour des statistiques et des exemples, voir les sites des ONG indiqués dans ce site). 

Quand ils tuent des Israéliens, les Palestiniens sont abattus sur place ou condamnés à de lourdes peines. Quand ils tuent des Palestiniens, les Israéliens ne sont pas inquiétés, ou alors ils sont condamnés à des peines symboliques. Sans cette vidéo accablante, il ne fait aucun doute qu'Elor Azaria serait libre en ce moment.

Humainement, cette politique est absurde puisqu'elle a pour résultat de semer la haine chez les Palestiniens. Alors, dans quel but les dirigeants israéliens agissent-ils ainsi ?  Une explication possible est qu'ils ont justement pour objectif de semer la haine, ce qui engendre des réactions violentes dans les territoires occupés, ce qui justifie la poursuite indéfinie de l'occupation militaire de la Palestine.

(1) «Army pays $6,900 to Israeli soldier who killed wounded Palestinian», Middle East Monitorhttps://www.middleeastmonitor.com/20171012-army-pays-6900-to-israeli-soldier-who-killed-wounded-palestinian/, 12 octobre 2017.

http://pierrejaquet.com