La guerre des Six Jours, 5-10 juin 1967

La guerre des Six Jours éclate le 5 juin 1967, il y a exactement 50 ans. L'aviation israélienne attaque l'Égypte et la Syrie, bombardant les aéroports, ce qui lui donne la maîtrise du ciel et lui permet d'écraser en quelques jours les forces arabes stationnées en Cisjordanie, dans le Sinaï et au Golan. Le cessez-le-feu intervient le 10 juin, après seulement six jours de combats. L'armée israélienne occupe la Cisjordanie, mais aussi la bande de Gaza, le Golan syrien et le Sinaï égyptien. 

Comme le dit le général Moshe Dayan: «Il n'y a plus de Palestine. Fini» (1).

Quelques semaines seulement après la guerre, en juillet 1967, le ministre de la Défense Ygal Allon propose au gouvernement un programme (secret jusqu'en 1976), qu'on connaît sous le nom de Plan Allon (ou Alon). Il prévoit de transformer la Cisjordanie en un archipel d'îlots palestiniens enclavés à l'intérieur d'un territoire sous contrôle israélien comprenant l'ensemble d'«Eretz Israel», c'est-à-dire Israël et la Palestine.

En septembre 1973, le Plan Allon est complété par Yisrael Galili, un conseiller de la première ministre Golda Meir, dans un texte appelé les Protocoles Galili. Le ministre de la Justice Ya'akov Shimshon Shapira déclare: «ce document exprime l'espoir que, avec le passage du temps, nous pourrons trouver une solution permanente pour garder les territoires et les annexer, les inclure ou les unifier avec l'État d'Israël» (2).

Les actes israéliens sur le terrain et la géographie actuelle de la Palestine le montrent: de 1967 à aujourd'hui, c'est le Plan Allon et les Protocoles Galili qui gouvernent la politique des dirigeants israéliens.

(1) Amnon Kapeliouk, «L'ennemi avec lequel on ne traite pas», Le Monde diplomatique, août 1982.
(2) Noam Chomsky, Fateful Triangle, South End Press, 1999, p. 105.  

http://pierrejaquet.com